das plateau

Région Île-de-France

Créé en 2008*, Das Plateau développe une écriture scénique qui mêle théâtre, littérature, musique et arts visuels pour tenter de développer un langage scénique qui creuse les champs de la perception et du sensible. À la recherche d’un 
« nouveau tragique », la beauté qu’ils mettent en œuvre sur le plateau porte à la fois la marque de la violence du monde et la possibilité d’un espoir.

Créé en 2008*, Das Plateau développe une écriture scénique qui mêle théâtre, littérature, musique et arts visuels pour tenter de développer un langage scénique qui creuse les champs de la perception et du sensible. À la recherche d’un « nouveau tragique », la beauté qu’ils mettent en œuvre sur le plateau porte à la fois la marque de la violence du monde et la possibilité d’un espoir.

Après avoir créé plusieurs spectacles qui prenaient pour point de départ les textes de Jacques Albert  (Cours les Prairies, Notre Printemps, SIG Sauer Pro, Le Bon Chemin et Dia de macho, vispera de nada), voici quelques temps que les projets de Das Plateau se portent sur des sujets liés au féminin, ce sont souvent des textes de femmes (Marie Darrieussecq avec Il faut beaucoup aimer les hommes en 2016, Pauline Peyrade avec Bois Impériaux en 2018 et Poings en 2020 ou Milène Tournier) qui sont toujours à la fois intenses et complexes formellement – défis lancés à la scène.

Si les spectacles de la compagnie s’organisent autour d’une tension entre langage et silence, littérature et déploiement spatial, temporalité narrative et temporalité contemplative, ils mettent en jeu par leur dispositif scénique, une multitude de statuts de la réalité et font de la scène un espace dans lequel est réorganisé la répartition habituelle entre le matériel et l’immatériel, entre la réalité et sa perception. Les spectacles de Das Plateau cherchent à mettre à jour le dessous des choses, ce qui ne peut se dire, ce qui dans la complexité du monde ne peut ni se dissoudre, ni se résoudre.

En multipliant les formats et les types de spectacles proposés (Pénélopes – formes in situ, Le Petit Chaperon rouge – spectacle tout public, Poings forme de plateau etc), Das Plateau cherche à s’adresser à un public le plus large et le plus varié possible.

Avec la sensibilisation aux formes contemporaines et la formation au cœur de sa démarche, l’équipe de Das Plateau intervient régulièrement dans les écoles supérieures d’art dramatique en France et à l’étranger et mène un soutien actif à l’émergence de jeunes artistes.
En 2023-24, Le Petit Chaperon rouge, créé pour la 76e édition du Festival d’Avignon, sera en tournée en Suisse et dans toute la France. Poings de Pauline Peyrade poursuit également sa tournée, notamment dans le cadre du Focus que le Théâtre Silvia Monfort consacre à Das Plateau. Trois versions de Pénélopes (Montreuil, Marseille, Oyonnax) formes légères et in-situ réalisées à partir de l’Odyssée d’Homère et d’entretiens d’habitantes de chaque territoire investi seront créées.
Das Plateau prépare pour l’automne 2025 sa prochaine création grand plateau.

Das Plateau prépare pour 2025 sa prochaine création grand plateau.

* Das Plateau a été fondé par Céleste Germe (architecte/metteuse en scène), Maëlys Ricordeau (comédienne), Jacob Stambach, (auteur/compositeur) et Jacques Albert (auteur/danseur).

Das Plateau est conventionné par la DRAC Île-de-France, soutenu par la Région Île-de-France au titre de l’aide à la permanence artistique et culturelle, et par le département de l’Essonne au titre de l’aide à la résidence territoriale. 

En tournée

Le Petit Chaperon rouge est l’un des premiers contes qu’on lit aux enfants, l’un des plus connus. Un conte au charme si envoûtant que des générations d’enfants ont grandi avec lui. C’est celui-là que nous voulons faire entendre à nouveau. Pour la complexité et l’ambivalence des sujets qu’il traverse, aussi denses et noueux que les arbres centenaires, pour l’épaisseur poétique de l’histoire dont la trace perdure en de longs sillons dans nos imaginaires, pour l’imagerie : la forêt, la tâche rouge, le soleil qui éclate dans les canopées sombres.

Mais nous voulons aussi montrer une nouvelle fois Le Petit Chaperon rouge dans la version, puissante, positive et féministe des Frères Grimm, pour faire voir à quel point cette petite fille qui se promène joyeusement dans la forêt n’est pas imprudente ou naïve mais au contraire vaillante et courageuse, traversant les dangers et retournant le sort. Pour faire entendre ce récit initiatique, qui, par-delà les temps et les générations, magnifie la solidarité féminine et raille les affreux loups méchants. Pour faire redécouvrir ce conte émancipateur, beaucoup plus subversif qu’on ne le pense, qui affirme le droit au mystère, au plaisir, à la liberté et à la peur.

​Pour la première fois Das Plateau propose un spectacle accessible aux enfants comme aux plus grands. Un spectacle dont l’intensité visuelle et sonore ouvre des paysages sensibles et inédits, à la fois légendaires et quotidiens, imaginaires et familiers, intrigants et rassérénant. Un spectacle envoûtant, créé dans le IN du Festival d’Avignon et salué par la presse, un spectacle d’aujourd’hui pour les enfants de maintenant.

Le Petit Chaperon rouge
Texte de Jacob et Wilhelm Grimm
Traduction de Natacha Rimasson-Fertin, Editions Corti
et des fragments de Futur, ancien, fugitif de Olivier Cadiot, Editions POL

Mise en scène Céleste Germe

Avec Antoine Oppenheim et Maëlys Ricordeau
Et en alternance Pablo Jupin et Lalou Wisocka

Collaboratrice artistique Maëlys Ricordeau
Composition musicale et direction du travail sonore J. Stambach
Scénographie James Brandily
Création vidéo Flavie Trichet-Lespagnol
Dispositif son et vidéo Jérôme Tuncer
Création lumière Sébastien Lefèvre
Costumes Sabine Schlemmer
Conseils dramaturgiques Marion Stoufflet
Assistanat à la mise en scène Mathilde Wind
Régie générale et plateau Pablo Simonet ou Jules Guy
Régie son et vidéo Emile Denize ou Julien Pittet
Régie lumière Lila Burdet ou Virginie Watrinet
Réalisation des sculptures : Julia Morlot et Jeremy Page 
Suivi construction décor :
Benjamin Bertrand
Crédits Photos
 Simon Gosselin

Production Das Plateau
Coproduction et résidence Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, Le Grand R – Scène Nationale de La Roche sur Yon
Coproduction Théâtre Nouvelle Génération centre dramatique national (Lyon), Nanterre-Amandiers CDN, La Comédie de Colmar Centre dramatique national Grand Est Alsace, Comédie, Centre dramatique national de Reims, Théâtre Brétigny, scène conventionnée d’intérêt national arts & humanités, Théâtre Gérard Philipe, Centre dramatique national de Saint-Denis, La Villette, Paris – Initiatives d’artistes, CRÉA / Festival Momix / Scène conventionnée d’Intérêt National « Art Enfance Jeunesse » (Kingersheim), Théâtre National de Bretagne (Rennes), Le Grand Bleu, Scène conventionnée d’Intérêt National Art, Enfance et Jeunesse (Lille), Festival d’Avignon
Résidence Ferme du Buisson scène nationale (Noisiel)
Soutiens Fonds de production de la DGCA et le Département du Val-de-Marne (en cours)
Remerciements Emilie Henin

Création pour la 76e édition du Festival d’Avignon
Du 15 au 18 juillet 2022 à la Chapelle des Pénitents Blancs

En Tournée

Épouse fidèle d’Ulysse, Pénélope est aussi cette femme qui refuse l’ordre établi – celui qui voudrait qu’en l’absence de son époux présumé mort, elle se remarie. Contre tous les prétendants qui pillent sa maison, qui la pressent et l’obligent, elle ruse pour imposer son désir, sa volonté. Impérieuse Pénélope, mystérieuse Pénélope. Est-elle cette épouse passive et respectueuse ou cette femme libre qui exerce son libre-arbitre ?
Pénélopes, forme itinérante et in situ, propose, à partir d’interviews d’habitantes de la ville, de suspendre notre jugement quelques instants et d’écouter comment les femmes parlent de leur liberté, comment pas à pas, elle la conquiert, avec plus ou moins de réussite, plus ou moins de difficultés.
Si la société formule en même temps qu’une obligation à la liberté, l’interdiction de l’exercer, comment ces femmes qui nous parlent vivent-elles ce paradoxe et qu’en disent-elles ?
Comment se sentent-elles perçues par leurs proches, par la société, par les institutions ? Entre toutes les injonctions qui leur sont faites, quels chemins parviennent-elles à se frayer ?
En s’appuyant sur un dispositif sonore et visuel, en faisant dialoguer littérature et documentaire, présent et passé, mythe et faits divers, Pénélopes interroge, au plus près des habitants et avec eux, les femmes, la manière dont elles vivent les assignations, la manière dont elles imposent leurs choix. Dans un travail d’interprète virtuose, Maëlys Ricordeau nous permet d’accéder à la singularité et à l’universalité des questions traversées, déployant avec le public un courant émotif puissant, à la fois lié à l’hyper-proximité de la forme et à son dépassement.

Le spectacle peut être présenté dans tous types de structures (lycées, maisons pour tous, foyers, centres sociaux, entreprises, médiathèques, ehpad, maisons d’arrêt etc). La collection de Pénélopes est actuellement composée de Pénélopes (Tarbes), Pénélopes (Ulis), Pénélopes (Nanterre) et Pénélopes (Vitry). En 2022-2023, seront créées Pénélopes (Lyon), Pénélopes (Vire) et Pénélopes (Brétigny).

NB. Deux versions du spectacle sont disponibles :
– L’une en diffusion simple, qui a été créée le 8 juin 2021 à la Maison pour Tous de Cortdimanche aux Ulis
– L’autre produite spécialement pour le lieu d’accueil, avec des interviews de femmes du territoire

Pénélopes est une collection de formes in situ réalisée à partir d’entretiens d’habitantes du territoire

D’après Homère et avec la parole de femmes du territoire

Mise en scène Céleste Germe
Collaboratrice artistique et jeu Maëlys Ricordeau
Composition musicale et montage des paroles J. Stambach

Voix Habitantes du territoire

Régie générale et son Emile Denize en alternance avec Thomas Carpentier
Assistanat à la mise en scène, dérushage Mathilde Wind
Interviews menées par Céleste Germe et Maëlys Ricordeau

Crédit Photos Flavie Trichet-Lespagnol

Production Das Plateau
Coproduction et soutiens de la version initiale Espace Culturel Boris Vian avec le soutien la Ville des Ulis, le département de L’Essonne, la Région Île-de-France et la DRAC Ile-de-France.
Versions originales : Le Parvis Scène Nationale de Tarbes-Pyrénées, Nanterre-Amandiers – CDN, Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine.
Résidence et soutiens T2G – Théâtre de Gennevilliers, Tréteaux de France – CDN, Espace culturel Boris Vian Les Ulis, Le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette, le Carreau du Temple, Maison Daniel Féry de Nanterre, Odéon-Théâtre de l’Europe.

EN SAVOIR PLUS

Une rave party, un homme et une femme se rencontrent, se lient. Quelques années après, la femme fuit. Poings raconte une histoire d’amour toxique. C’est une histoire d’emprise et de domination qui se joue à l’abri des regards, dans le huis-clos d’une relation, au cœur de soi. Quelle dissociation profonde l’imprégnation quotidienne de la violence produit-elle, quel déchirement, quel dédoublement ?
En cinq parties magistrales, Pauline Peyrade pose frontalement la question du viol conjugal et interroge avec une puissance poétique rare, sans surplomb aucun, la complexité et l’ambivalence de cet acte terrible, le trauma et la capacité de résilience.
Après Bois Impériaux créé en 2018, Das Plateau poursuit son chemin auprès de Pauline Peyrade et s’empare de ce polyptyque brillant pour créer un spectacle mystérieux et magnétique, dont l’intensité visuelle, scénographique et sonore dialogue avec cette écriture captivante et nécessaire, d’une immense actualité.

Poings de Pauline Peyrade – texte édité aux Solitaires Intempestifs (2016)

Mise en scène Céleste Germe

Avec Maëlys Ricordeau et Antoine Oppenheim

Composition musicale et direction du travail sonore J. Stambach
Scénographie James Brandily
Création lumière Sébastien Lefèvre
Dispositif son et vidéo Jérôme Tuncer
Création vidéo Flavie Trichet-Lespagnol
Collaboration artistique Jacques Albert
Régie générale et plateau Benjamin Bertrand

Assistanat à la mise en scène Léa Tuil
Assistanat à la scénographie Laure Catalan
Crédits photos Simon Gosselin

Production Das Plateau
Coproduction et résidence Espace Culturel Boris Vian avec le soutien la Ville des Ulis, le département de L’Essonne, la Région Île-de-France et la DRAC Ile-de-France / Le Théâtre National de Bretagne (Rennes) / Le Théâtre du Nord – CDN / Le CDN d’Orléans-Loiret-Centre
Coproduction Le Parvis – Scène Nationale de Tarbes, le Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine
Workshop d’expérimentation scénographique Les SUBS et l’ENSATT avec le soutien à la recherche en théâtre de la DGCA

Avec l’aide à la production de la DRAC Île-de-France et la participation du DICRéAM
Action financée par la Région Ile-de-France

Das Plateau remercie Clémence Boudot, Camille Baraud et Eric Schecter ainsi que la section scénographie de l’ENSATT et particulièrement Alexandre de Dardel, Mathis Brunetbahut, Adèle Colle, Coline Gaufillet, Ariane Germain, Manon Terranova, Ariane Testar

EN SAVOIR PLUS

CALENDRIER DAS PLATEAU

octobre 2023
novembre 2023
décembre 2023
janvier 2024
Jan 22
février 2024
Fév 06
Fév 16
Fév 21
mars 2024
avril 2024
Avr 05
Avr 26
26 avril 2024
mai 2024
Mai 30
juin 2024

DATES PASSÉS

octobre 2023
novembre 2023
décembre 2023
janvier 2024
Jan 22
février 2024
Fév 06
Fév 16
Fév 21

Das Plateau est conventionné par la DRAC Île-de-France et soutenu par la Région Île-de-France au titre de l’aide à la permanence artistique et culturelle